Histoire

» Afficher tout     «Précédent «1 ... 17 18 19 20 21 22 23 24 25 ... 36» Suivant»     » Diaporama

HISTOIRE ET GÉNÉALOGIE FAMILLE CHARRON

HISTOIRE ET GÉNÉALOGIE FAMILLE CHARRON

Chargement...


GÉNÉALOGIE DES CHARRON DE L’ÎLE BIZARD 

Les données suivantes sont diffusées, sans garantie d’exactitude, uniquement à des fins généalogiques, pour permettre aux descendants de trouver leurs racines. Les données ont d’abord été relevées par Mme Léona Legault, à partir des registres paroissiaux de Saint-Raphaël de l’île Bizard de 1844 à 1975 ainsi que de données communiquées par des descendants de la famille.

Les données des générations ascendantes proviennent des bases de données généalogiques, réunies grâce à la collaboration de M. Jacques Bélanger. En 2015, des renseignements tirés de l’Historique des terres de l’île Bizard y ont été ajoutés. Les données se rapportent aux familles ancestrales de l’île Bizard, de descendance masculine. 

Par le jeu des liens entre familles, il est parfois possible de trouver aussi l’ascendance féminine. baptême (B) mariage (M) sépulture (S) En l’absence de données de baptême, la date de naissance (N) a parfois été calculée d’après l’âge indiqué au décès et marquée entre parenthèses.

Certaines données de naissance (N) ont été relevées dans les recensements et sont indiquées selon l’exemple (rec. 1901). Enfin, plusieurs données de décès proviennent des pierres tombales des cimetières des paroisses Saint-Raphaël (ptr) et SainteGeneviève (ptg1 ou ptg2); ces symboles, soulignés en bleu, sont des hyperliens qui permettent de faire apparaître la pierre tombale, photographiée par M. Raymond Aubry en 2006. 

Plusieurs données incomplètes n’indiquent pas la paroisse d’où elles proviennent. Nous les avons incluses afin de faciliter le travail des chercheurs en généalogie, à qui nous laissons le soin de les vérifier dans les ouvrages généalogiques courants. Ce sont des données : naissance (N) mariage (M) décès (D) Prière de noter que ces données N, M et D n’ont pas été vérifiées contre les actes d’état civil.

L’ensemble des données n’a pas, non plus, été mis à jour au moyen d’un relevé dans les registres paroissiaux pour la période de 1975 à 2015. À moins d’exception, les actes de baptême, mariage et sépulture de cette dernière période ne sont donc pas répertoriés. 

Données mises à la disposition des chercheurs en généalogie par la 

Société patrimoine et histoire de l’île Bizard et Sainte-Geneviève 2015-02 2 

ORIGINE ET COMMENTAIRES 
Éliane Labastrou 

L’ancêtre des Charron de l’île Bizard est Pierre Charron dit Ducharme,1635-1700, fils de Pierre Charron, maître-mégissier, c’est-à-dire tanneur, et Judith Martin, de Meaux en Champagne. Meaux était un foyer du protestantisme et les membres de la famille Charron avaient adhéré au calvinisme à la fin du XVIe ou au début du XVIIe siècle. 

Pierre Charron est lui-même baptisé dans la religion réformée. Comme son père, il est maître-mégissier. Il est orphelin de père et de mère lorsqu’il signe son engagement pour le Canada le 2 octobre 1662. Y arrive-t-il en 1662 ou 1663? C’est à partir de lui que le surnom Ducharme s’ajoute à son nom. En 1665, il épouse Catherine Pillard, fille du roi, baptisée le 30 mars 1646, fille de Pierre Pillard et Marguerite Moulinet de La Rochelle, paroisse Notre-Dame de Cogne. Elle serait arrivée au Canada en 1663 ou 1664. Elle se remariera le 13 janvier 1709 avec Sébastien Brisson. 

Pour plus de renseignements, nous vous invitons à consulter le site de l’Association des Charron et Ducharme1 . À la page 5 figure la descendance pertinente pour l’origine de la famille Charron de l’île Bizard. De la deuxième à la cinquième génération, les descendants se sont déplacés de Montréal vers Contrecoeur et Longueuil, puis au Sault-au-Récollet, Verchères, Saint-Vincent-de-Paul et Saint-Martin. 

À la sixième génération, Félix Charron, de Saint-Martin, né en 1805, épouse Rosalie Juteau, née en 1819 au Sault-au-Récollet. Il est venu occuper le poste de meunier au nouveau moulin de Denis-Benjamin Viger, construit en 1850 dans l’île Bizard. Sa famille est recensée dans l’île, en 1851; elle habite dans une maison de pierre, soit dans le bâtiment du moulin ou dans la maison du meunier adjacente. 

Félix est alors âgé de 43 ans et sa femme, de 33 ans. Lors du recensement de 1861, il est meunier dans l’île et habite une maison de pierre (probablement la maison du meunier près du moulin) dans l’île Bizard avec sa femme et ses enfants ainsi que son beau-père Jean-Baptiste Juteau. 

Il est cependant indiqué comme meunier au Sault-au-Récollet au mariage de son fils Félix le 23 septembre 1861. Au second mariage de Félix fils en 1865 à Saint-Laurent, le père et la mère sont aussi dits du Sault-au-Récollet. Se peut-il que Félix Charron père ait été meunier aux deux moulins, celui de l’île et celui du Sault-au-Récollet? 

Il est mort dans l’île Bizard en 1874, mais il est inhumé au cimetière Notre-Dame-des-Neiges à Montréal. À sa mort, il est aussi indiqué comme meunier. De 1840 à 1850, ses enfants sont baptisés au Sault-au-Récollet. De 1851 à 1857, ils le sont dans la paroisse Saint-Raphaël de l’île Bizard. Un seul, Félix, se marie aussi dans cette dernière paroisse, mais plusieurs autres y sont inhumés de 1851 à 1856, puis en 1902 et 1909, comme on pourra le voir à la page 10. 

Les Charron ne figurent plus dans le recensement de l’île Bizard en 1871. Le meunier est alors Narcisse Larin. À la page 10, on voit qu’Alphonsine, la benjamine de la famille, épouse, en 1870, Philias Prévost, qui était meunier, mais elle meurt après avoir donné naissance à une fille unique que Philias confie aux religieuses de Sainte-Geneviève. Le dimanche, il attelle son cheval et vient voir sa fille à Sainte-Geneviève. 

Au couvent, il voit aussi Exérine, fille de Félix Charron fils et d’Octavie Saint-Pierre, donc sa nièce. Il l’épouse en janvier 1878 et elle lui donne un fils, Hervé, en août 1879. Ce dernier est le père de Robert Prévost, selon qui Exérine n’avait guère que 14 ans et qu’elle plaçait son bébé entre deux oreillers sur la galerie pour aller jouer avec les fillettes de son âge. 

Cet auteur nous apprend aussi qu’Exérine décède tragiquement à la suite d’un accident, quand des chevaux s’emballent et renversent la voiture dans laquelle elle se trouve2 . 

1 http://www.charron-ducharme.org/index.php/fr/ 
2 Robert Prévost, Mon tour de jardin, Éditions du Septentrion, 2002, p. 16. 
Voir http://books.google.fr/ et rechercher mon tour de jardin Robert Prévost Charron. 

3 Félix Charron, fils de Félix et Rosalie Juteau, est aussi dit meunier dans le recensement de 1861. 
Il a alors 20 ans et il épouse, en septembre de cette même année, dans la paroisse de l’île Bizard, Octavie Brayer dit Saint-Pierre, fille d’Eustache et de Marie-Pélagie Théoret. 

Le couple ira habiter au Sault-au-Récollet où deux filles naissent : Marie en 1863 et celle dont nous venons de parler, Exérine, en 1864. Octavie Brayer meurt en février 1864, probablement des suites de cet accouchement. Félix se remarie avec Octavie Groulx en 1865 à Saint-Laurent. 

Nous avons répertorié onze enfants de ce deuxième couple, la plupart étant baptisés à Saint-Eustache. Deux filles se sont aussi mariées à Saint-Eustache en 1885 et 1892, ainsi qu’un fils en 1894; un autre se marie à Montréal en 1914, mais tous les autres se marient dans l’île. Félix fils aurait-il été meunier à Saint-Eustache? 

Cependant, sa famille comprenant cinq enfants de 8 à 14 ans est recensée dans l’île Bizard en 1901; au recensement de 1911, les parents sont décédés et le chef de famille, Albert, héberge son frère Benjamin, âgé de 18 ans. La famille de leur frère Adéodas (Léodas), qui compte deux jeunes enfants, se trouve aussi dans l’île. 

Albert Charron et Adéodas (Léodas) prennent, en 1914, un bail à rente accordé par la Fabrique de l’île Bizard, pour un emplacement de 69 pieds sur 180 pieds, au coin nord-ouest de la montée de l’Église et du chemin Cherrier, dans le lot n° 413 . Léodas est alors forgeron et son frère Albert est dit artisan ci-devant de l’île Bizard et maintenant de Montréal. Ils doivent verser au curé une rente annuelle de 13,80 $. 

Les frères Charron ont construit les bâtisses qui s’y trouvent et qui leur appartiennent. Le 4 fé.vrier 1915, ils sont dits tous deux de Montréal lorsqu’ils revendent cet emplacement au forgeron Félix Labrosse dit Raymond4 . 

3 Bail à rente de la Fabrique à Albert et Léodas Charron, emplacement du lot ° 41. Notaire Albert Zénon Libersan, 1914-12-23. 
4 Vente d’emplacement par Albert et Léodas Charron à Félix Labrosse dit Raymond. Notaire Albert Zénon Libersan, 1915-02-04. 

Plan du village selon le cadastre de 1874. Le lot 41 a plus tard été divisé en parcelles données en bail à rente par la Fabrique de la paroisse. 

Le lot 76 n’est pas représenté, mais il commence à droite du lot 59. Pour visualiser les numéros de lots, afficher en 200 % à l’aide du zoom, menu affichage. 

4 Albert Charron épouse, en 1912, Éliza Théoret, fille de Patrick Théoret et Cordélie Sénécal. Trois fils, René, Gérard et Roger laisseront une descendance. Nous verrons ci-dessous celle de Roger dans l’île. Benjamin Charron épouse Bernadette Guertin en 1914, puis, en 1956, Carmel Sénécal, fille d’Euclide Sénécal et Léontine Dutour et veuve de Rosaire Legault. 

Il prend, le 2 mai 1921, un bail dans le lot n° 765 , dans la partir est du village, où il a laissé son nom à la rue Charron. Deux fils laisseront une descendance dans l’île : Lucien et Daniel. Lucien Charron, fils de Benjamin, épouse, en 1943, Béatrice Théoret, fille de Siméon et Alma Théoret. 

Ils ont élevé Claude Charron, membre fondateur du Mouvement Souveraineté- Association en 1967; très jeune, il est élu député en 1970 et devient leader parlementaire de la formation péquiste à l’Assemblée nationale du Québec. Aux élections de 1976, il obtient un troisième mandat et devient ministre et leader parlementaire dans le gouvernement de René Lévesque. Il démissionne en 1982 et se tourne vers une carrière journalistique puis devient animateur réputé de radio et de télévision. 

Daniel Charron épouse Louise Préfontaine en 1944. En 1951, cette dernière achète à Élie Préfontaine un emplacement de 60 sur 132 pieds, ayant front sur le chemin Cherrier et faisant partie du lot n° 756 . Elle le revend, en 1958 à André Préfontaine7 . En 1962, Daniel Charron prend un emplacement de 50 pieds sur 180 pieds sur le lot n° 41, montée de l’Église8 . 

Dans ces deux contrats, Daniel Charron est alors dit briqueteur. Il revend cet emplacement, en 1966, à Lucien Raymond9 . 
À la neuvième génération, Roger Charron, fils d’Albert, épouse, en 1949, Jeanne-Alice Théoret, fille née de la troisième union de Joseph-Dieudonné Théoret avec Alice Legault. La famille de Roger Charron est établie sur le lot n° 77 dans la partie est du village de l’île Bizard. 

Le 2 février 1956, Éliza Théoret, veuve de Roger Charron, et ses fils, Henri et Gérard, tous deux briqueteurs de l’île Bizard, et René Charron, mécanicien de Laprairie, cèdent à Roger Charron tous les droits indivis de propriété sur un emplacement du lot n° 77 sur la Montée Cherrier ou rue du Pont10 . 

Éliza Théoret-Charron continuera d’habiter le logement du bas de la maison. 5 Bail accordé à Benjamin Charron, lot 76. Notaire A. Chauret, 1921-05-02. 6 Vente par Élie Préfontaine à Louise Préfontaine, épouse de Daniel Charron, d’un emplacement du lot n° 75. Notaire J. Armand Dugas, 1951-01-38. 

7 Vente par Louise Préfontaine à André Préfontaine d’un emplacement du lot n° 75. Notaire Roiland Théoret, 1958-05-31. 
8 Vente par Jacqueline Nantel à Daniel Charron d’un emplacement du lot n° 41. Notaire Albert Jean Labrèche, 1962-06-18. 
9 Vente par Daniel Charron à Lucien Raymond de l’emplacement du lot n° 41. Notaire Gilles Dugas, 1966-03-02. 
10 Vente d’Éliza Théoret et de ses fils Henri, Gérard et René Charron à Roger Charron. Notaire J. Armand Dugas, 1956-02-02. 

5 Voir l’arbre généalogique à la page 6 ainsi que les pages suivantes qui répertorient les familles par ordre alphabétique du prénom du chef de famille. Maison d’Albert Charron, achetée en 19221 sur une partie détachée du lot n° 77. Reprise par son fils Roger Charron1 en 1956. 


LieuÎle Bizard,,Montréal,Quebec,CANADA,
Latitude45.4943033
Longitude-73.9694715
Nom de fichierLa-plume-chandelle.jpg
Taille du fichier17.2k
Taille500 x 319
Lié àCHARRON Pierre

» Afficher tout     «Précédent «1 ... 17 18 19 20 21 22 23 24 25 ... 36» Suivant»     » Diaporama