ROY Patrick

ROY Patrick

M 1965 -  (54 années)

Information Personnelle    |    Tous    |    PDF

  • Nom ROY Patrick 
    Naissance 5 oct 1965 
    Sexe
    _FIL LEGITIMATE_CHILD 
    Notes 
    •  Patrick Jacques[réf. nécessaire] Roy (né le 5 octobre 1965 à Québec, au Canada) est un joueur hockey sur glace professionnel de la Ligue nationale de hockey maintenant à la retraite qui évoluait au poste de gardien de but, Considéré comme l'un des meilleurs à ce poste de l'histoire de la LNH. Il débute ensuite une carrière en tant qu'entraîneur dans la LHJMQ avec les Remparts de Quebec puis dans la LNH avec l'Avalanche du Colorado

       

      Vie privée[modifier

      modifier le code]

      Nédans la ville de Québec où il vit toujours, fils de Michel Roy et Barbara Miller, petit-fils de Bona Arsenault, Patrick Jacques Roy a commencé à jouer au hockey tout jeune, dans la rue, avec ses amis, avant de commencer à pratiquer son sport sur la glace. Il est maintenant l'entraîneur chef de l'Avalanche du Colorado. Il a deux fils, Jonathan et Frédérick, qui sont aussi joueurs de hockey. Il a aussi une fille nommée Jana qui a elle aussi joué au hockey, mais qui a finalement laissétomber ce sport pour pratiquer le karaté[2].

      Patrick a un frère, de deux ans son cadet, Stéphane, qui a joué lui aussi dans la LNH, mais seulement pour une période de douze matchs avec le Minnesota dans les années 1980.

      Joueur[modifier

      modifier le code]

      Il est vite considéré comme un joueur ayant un très grand potentiel. Il joue pendant toute son adolescence dans des équipes élites. Serge Savard remarque vite son talent et il est repêché au 2e tour en 1981 par les Bisons de Granby dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

      C'est avec cette équipe qu'il joue pendant trois ans comme gardien titulaire. Jouant plus de 40 parties parsaison, il fait de bonnes performances à chaque rencontre sans rien afficher d'extraordinaire.

      C'est en 1984 que son rêve le plus cher se réalise. Il est repêché au 3e tour (51e au total) par les Canadiens de Montréal au repêchage d'entrée dans laLNH 1984. Ce n'est qu'un an plus tard, à la surprise de tous, qu'il fera ses débuts professionnels en aidant le club-école du Canadien, les Canadiens de Sherbrooke, à remporter le championnat de la Ligue américaine de hockey, laCoupe Calder. La saison suivante, l'encadrement des Canadiens annonce qu'il sera titulaire pour le début de la saison LNH 1985-1986. Toutela pression est sur son dos et il saura habilement la soutenir, étonnant tous les observateurs. Offrant 23 victoires en 47 rencontres, il porte son équipe jusqu'aux éliminatoires. Durant ces mêmes séries éliminatoires, il étonnera encore tout le monde et conduira magistralement son équipe jusqu'au plus haut sommet : la Coupe Stanley. Il sera couronné joueur par excellence des séries éliminatoires par la remise du trophée Conn Smythe. Alors âgé de 20 ans, il est le plus jeune joueur de l'histoire à recevoir cet honneur. Il détient le record du plus grand nombre de trophées Conn Smythe, avec un total de trois. Il a aussi aidé les Canadiens à remporter une autre Coupe Stanleyen 1993. Audébut du calendrier 1995-1996, au cours d'une partie, rien ne va plus : après avoir accordé 9 buts faceaux Red Wings de Détroit, Roy, frustré, demande une transaction à Ronald Corey assis dans l'estrade.

      Quelques jours plus tard, il est échangé à l'Avalanche du Colorado, en compagnie de son coéquipier Mike Keane, en retour du gardien de but québécois Jocelyn Thibault et des attaquants Martin Rucinský et Andrei Kovalenko. Au cours de la même année, il remporte la Coupe Stanley et viendra ensuite une autre Coupe Stanley en 2001, toujours avec l'Avalanche.

      Grâce aux conseils de François Allaire, Patrick Roy a été le premier gardien de but à pratiquer le style papillon, style qui a gagné en popularité depuis, car c'est aujourd'hui la grande majorité des gardiens de but de la ligue nationale qui le pratiquent[réf. nécessaire].

      Au cours de sacarrière, Patrick Roy a donc gagné deux coupes Stanley avec le Canadien et deux autres avec l'Avalanche pour un total de quatre coupes Stanley. Il a aussi gagné trois fois le trophée Vézina et trois trophées Conn Smythe.

      Le 28 juin 2006, Patrick Roy a été sélectionné pour être intronisé au temple de la renommée du hockey. Son intronisation a eu lieu le 13 novembre 2006 lors d'une cérémonie au Centre Air Canada, quelques minutes avant un match entre les Canadiens et les Maple Leafs de Toronto.

      Le 22 novembre 2008, son chandail, le numéro 33, a été retiré par les Canadiens de Montréal lors d'une cérémonie avant le match opposant le Tricolore aux Bruins de Boston. Il déclara à cette occasion « Je seraitoute maviereconnaissant de votre accueil et de votre soutien. Bien sûr, je me souviendrai de ce jour où j’ai dû partir un peu trop vite sans vous dire au revoir comme je l’aurais souhaité. Mais je me rappelleraidavantage ces moments où nous avons fait trembler le Forum et vibrer Montréal. Et alors que vos encouragements et vos applaudissement me vont droit au cœur, alors que vous me faites l’honneur de retirer, ici à Montréal, mon chandail, alors que vous m’accueillez comme au premier jour, mes amis, ce soir, je rentre chez nous.»

      Entraîneur et dirigeant[modifier

      modifier le code]

      Patrick Roy lors d'une conférence de presse après un match des Remparts.

      Patrick Roy intègre les Remparts de Québec comme directeur général.

      Le 29 septembre 2005, insatisfait du rendement de l'équipe, il décide de congédier l'entraîneur-chef Éric Lavigne et de prendre ce poste lui-même. Dès sa première saison, il décroche le titre de champion dans l'ouest. En séries éliminatoires, il élimine les Foreurs de Val-d'Or en 5 matchs puis il exclut les Cataractes de Shawinigan en 5 matchs. Ensuite, il faudra 7 matchs aux Remparts pour éliminer le Titan d'Acadie-Bathurst et pour accéder à la finale de la Coupe duPrésident. Ils se font éliminer par les Wildcats de Moncton en 6 matchs, mais accèdent tout de même à la coupe Mémorial car Moncton est l'équipe hôte.

      Le 28 mai 2006, les Remparts gagnent la Coupe Memorial en battant les Wildcats de Moncton 6-2 en finale. Patrick Roy devient le 7e entraîneur à gagner la coupe durant son année recrue, le premier à le faire depuis Claude Julien avec les Olympiques de Hull en 1997.

      Lors des séries de la saison 2007-2008, au cours d'une bagarre générale, son fils Jonathan qui est alors le gardien des Remparts s'en prend violemment à Bobby Nadeau, legardien des Saguenéens de Chicoutimi, sans aucune raison. Soupçonné d'avoir encouragé son fils à attaquer Nadeau, Roy reçoit cinq match de suspension « pour une conduite jugée préjudiciable ». Son fils, quant à lui, est suspendu pour sept rencontres alorsque plusieursautres joueurs des deux équipes reçoivent également des suspensions allant de un à six matchs[3].

      Le 23 mai 2013, il est nommé entraîneur-chef et vice-président aux opérations hockey de l'Avalanche du Colorado[4].

       

      La grand-mère de Patrick Roy, Lisette Fortier, s’estmariée une première fois avec Armand Roy le 24 septembre 1937 à Québec. Pendant ce temps, elle a eu un enfant, Michel (père de Patrick Roy), en 1943 avec le politicien Bona Arsenault. Michel l’a su à 22 ans seulement. A la mort de sa femme, Bona Arsenault s’est remarié le 11 janvier 1973 à Bonaventure avec elle et Michel étaitle témoin de son père.

       

      Bona Arsenault estné en 1903 à Bonaventure, Québec. En 1932, il est directeur du Journal. En 1935, il est présidentde l'Association des hebdomadaires de la province du Québec. De 1942 à 1944, il est président du Parti conservateur du Québec. En 1944, il quitte le Parti conservateur et l'année suivante, il est député libéral au fédéral pour la circonscription de Bonaventure (1945 à 1955). En 1955, il quitte la scène politique pour y revenir en 1960 en tant que député provincialjusqu'en1976.

       

      Du côté littéraire, Bona Arsenault publie plusieurs ouvrages sur les Acadiens, dontHistoire et généalogie des Acadiens, en sept volumes.

       

      Le 1er juillet 1993, avecle décès de l'ex-ministre libéral Bona Arsenault, à l'âge de 89 ans, disparaît l'un des artisans les plus pittoresques de l'histoire politique du Québec moderne; historien, généalogiste,écrivain, député, ministre, il était aussi un raconteur extraordinaire, un orateur coloré et une encyclopédie ambulante sur la politique québécoise.

    ID personne 279668I  ARBOUR-HARBOUR FAMILLES-FAMILIES
    Dernière modif. 24 mars 2019 

    Père ROY Michel,   n. août 1942  (âge ~ 77 années) 
    Mère MILLER Barbara-Ann,   n. vers 1942  (âge ~ 77 années) 
    _UST MARRIED 
    ID Famille 405098U  Feuille familiale  |  Tableau de famille